Que savoir sur les équipements de protection individuelle (EPI) ?

Sur un chantier ou une zone de travail à risque, chaque intervenant doit porter un équipement de protection individuelle (EPI). Il s’agit d’un dispositif ou d’un ensemble de moyens destinés à protéger une personne contre les événements menaçant sa sécurité ou sa santé.

A découvrir également : Quand faire réviser son scooter ?

Quels sont les principes généraux de prévention selon l’article L.230-2 du code du travail ?

L’article L.230-2 du code du Travail évoque la responsabilité et les obligations de l’employeur dans l’assurance de la sécurité de ses travailleurs. Les mesures indiquées par l’article concernent tant les actions de prévention, que celles d’information et de formation. Par ailleurs, les articles suivants précisent les obligations de l’employeur concernant les équipements de protection individuelle, les règles d’organisation, de mise en œuvre et d’utilisation de chaque élément de sécurité. Il doit ainsi user de tous les moyens pour assurer la sécurité de ses salariés, via différentes actions comme :

  • La suppression ou la réduction des risques à la source ;
  • La mise en place des mesures de protection collective ;
  • La communication de consignes précises aux salariés concernés.

Quid sur les équipements de protection individuelle

Force est de préciser que les EPI ne s’utilisent qu’en dernier recours. En effet, l’employeur doit mettre en place tous les moyens pour réduire les risques dans la zone d’intervention. Les salariés ne devront mettre les EPI que lorsque les moyens mis en place sont insuffisants ou qu’ils sont impossibles à mettre en œuvre. Ces équipements permettent alors de réduire le plus possible l’exposition d’agents chimiques, physiques ou biologiques nocifs aux intervenants. A défaut d’éliminer le danger, les EPI pourront au moins réduire les risques de blessure.

A lire en complément : Comment faciliter le développement de votre entreprise ?

Par exemple, le port de protecteurs auriculaires permet de réduire les risques de dommage auditif, sans pour autant éliminer le bruit.

Bon à savoir

Les EPI sont classés en 3 catégories bien distinctes :

  • Classe I : pour protéger des risques mineurs ;
  • Classe II : pour la protection contre les risques importants ;
  • Classe III : pour protéger des risques graves à effets mortels ou irréversibles.

Quels sont les différents types d’équipements de protection individuelle ?

En tant qu’équipements complémentaires aux moyens de protection collective, les EPI se déclinent sous plusieurs éléments. C’est ainsi qu’on retrouve dans le lot les gants, les casques, les chaussures de sécurité, les lunettes, les masques de protection respiratoire, les vêtements de protection, les bouchons d’oreille ou encore les harnais à retrouver sur Seton.

Pour faciliter le classement des EPI, on peut les catégoriser en 7 lots :

  • Pour la tête ;
  • Pour les oreilles ;
  • Pour le visage et les yeux ;
  • Pour les voies respiratoires ;
  • Pour le corps ;
  • Pour les membres supérieurs ;
  • Pour les membres inférieurs.

Conseils relatifs aux EPI

Lors du choix des EPI, certaines bonnes pratiques sont à suivre :

  • Choisir les équipements adéquats aux risques résiduels et selon les normes prescrites ;
  • Choisir un équipement qui convient aux utilisateurs, notamment selon le poids, la forme et la taille ;
  • Veiller à ce que les EPI déployés en même temps puissent être utilisés en concomitance ;
  • Former les utilisateurs à l’utilisation de chaque EPI. Par exemple, il est nécessaire d’apprendre au travailleur de retirer ses gants sans contaminer sa peau.

ARTICLES LIÉS