Analyse littéraire : comprendre le Fusil de Tchekhov

Anton Tchekhov est un grand dramaturge russe. Il considère qu’il y a des règles à suivre pour écrire une histoire et un roman de la bonne manière. Tchekhov est à l’origine de la règle du fusil. C’est une manière spéciale d’écrire un récit de fiction. Voici ce qu’il y a à savoir sur le fusil de Tchekhov.

Qu’est-ce que le fusil de Tchekhov ?

Le fusil de Tchekhov est une technique littéraire, très importante à connaître pour tous les auteurs, et auteurs en devenir.

A lire en complément : Stéphane Bigeard a la fibre d’un manager idéal

Le fusil de Tchekhov, un principe d’écriture

Le fusil de Tchekhov est une règle selon laquelle vous ne devez écrire que des éléments essentiels à l’intérieur de votre récit, roman ou histoire. Si un élément est inutile, il ne doit pas se situer dans une scène de votre récit.

Il ne faut donc pas parler d’éléments anodins dans votre récit s’ils n’auront aucune influence sur votre histoire. Cela va ennuyer le lecteur et n’apporte rien à l’intrigue, à part de la longueur.

A découvrir également : Pop culture, que faut-il savoir ?

Un exemple pour mieux illustrer

Selon Tchekhov, il l’explique de cette manière : Si dans un acte, vous dites qu’un fusil est accroché au mur, alors il doit être utilisé dans le prochain acte, ou le suivant, sinon, il n’a aucune raison d’être placé dans votre pièce de théâtre.

L’exemple du théâtre est parlant car il ne faut jamais placer quelque chose d’inutile dans un acte, mais la règle du fusil s’applique également pour un auteur de roman.

Un fusil de Tchekhov serait donc un élément qui ne paraît pas essentiel dans une histoire, mais qui le sera forcément dans la suite du récit. Cela permet de surprendre le lecteur et de le satisfaire.

book near eyeglasses and cappuccino

Des exemples d’œuvres classiques ou modernes qui utilisent ce principe

Nombreuses œuvres utilisent un fusil de Tchekhov dans leur histoire.

Des œuvres classiques

Dans les œuvres classiques, la technique du fusil de Tchekhov est utilisée.

Anton Tchekhov l’a bien sûr utilisé, par exemple dans La Mouette. Dans la première scène du premier acte, Trigorin, un écrivain de renom, raconte à Nina, une actrice, une histoire sur un homme qui tue sa femme par jalousie. Cette histoire semble être une simple anecdote, mais elle finit par se réaliser lorsque Trigorin, amoureux de Nina, tue son épouse. C’était donc un fusil non prévisible et très utile à l’histoire.

C’est aussi le cas dans Le Comte de Monte-Cristo d’Alexandre Dumas. Dans la première scène du roman de Dumas, le personnage d’Edmond Dantès est arrêté et emprisonné, alors qu’il n’a rien fait. C’est une injustice qui devient l’élément central de l’histoire, et cette injustice va conduire Dantès à se venger de ses ennemis par la suite du roman.

Des œuvres modernes

Les œuvres modernes sont aussi inspirées par ce procédé.

Dans le film Le Silence des agneaux de Jonathan Demme, le personnage d’Hannibal Lecter, un tueur en série cannibale, est mentionné dès le début du film. Son nom et sa mauvaise réputation sont mentionnés par le personnage d’une agente du FBI. Hannibal joue par la suite un rôle important dans l’histoire, car il aide ironiquement l’agente à capturer un autre tueur en série.

Dans le roman Harry Potter et la chambre des secrets de J.K Rowling, la fameuse Chambre des Secrets est mentionnée dès le début du roman. Cette chambre est une salle de l’école de Poudlard qui est hantée par un monstre qui tue les élèves moldus. La Chambre des Secrets finit par être ouverte, et le monstre qui s’y trouve est appelé un basilic, qui est un géant serpent venimeux.

D’autres œuvres ont des fusils de Tchekhov dans leur histoire, comme Game of Thrones, Le seigneur des anneaux, Pulp fiction ou encore Breaking bad.

ARTICLES LIÉS