Conseils pour éviter la pollution

Comment limiter la pollution de l’air intérieur à la maison ? Comment assurer une qualité optimale de l’air dans votre maison ? Voici nos 5 conseils.

Des études montrent que l’air intérieur de nos maisons ou bureaux est souvent plus pollué que l’air extérieur, malgré la pollution automobile ou agricole. Ces pollutions seraient impliquées dans de nombreuses pathologies : respiratoire, cancer, allergies…

A découvrir également : Comment se mettre à la randonnée ?

Comment limiter ces pollutions et gérer la qualité de l’air à la maison ? Voici 5 conseils simples.

1 — Aérer régulièrement votre maison pour limiter la pollution

La première étape pour une maison avec de l’air intérieur sain – ventilation. Ce petit geste inoffensif fait beaucoup pour préserver la qualité de l’air de votre maison : il vous permet d’évacuer les particules en suspension et de faire circuler l’air. Un homme pourrait penser qu’il est préférable de garder vos fenêtres fermées, surtout quand vous vivez en villepour éviter la pollution liée à la circulation automobile…

A lire aussi : Les bienfaits d'une promenade en foret

Mais en général, l’air intérieur est souvent plus pollué que l’air extérieur. La ventilation est souvent un geste positif pour réduire la pollution dans la maison, même si vous habitez dans un centre-ville relativement pollué.

L’ ADEME vous recommande de passer une dizaine de minutes le matin et une dizaine de minutes le soir pour vous permettre de renouveler régulièrement l’air de votre maison. Considérez également la ventilation à l’intérieur de votre maison : l’air doit circuler entre les pièces pour éviter que les polluants ne stagnent. Par conséquent, laissez les portes ouvertes autant que possible ou assurez-vous que les ouvertures sous les portes sont libres. Même chose pour les systèmes de ventilation qui doivent être entretenus.

2 — Lutte contre l’humidité de l’air intérieur

L’ humidité est un facteur majeur de la pollution de l’air intérieur dans les maisons. Un logement humide accumule plus de polluants et,En outre, c’est un environnement idéal pour le développement de moisissures. Mesurez l’humidité de votre maison et agissez pour la réduire si c’est trop important !

Selon l’ADEME, un logement devrait idéalement être entre 40 et 60% d’humidité. Si vous dépassez trop ces seuils, envisagez de ventiler plus régulièrement pour évacuer l’humidité ou investissez dans un déshumidificateur environnemental qui absorbe l’excès d’humidité.

3 — Choisissez des produits et des équipements plus sains pour votre air intérieur

De nombreux produits et équipements ménagers contribuent à la pollution de l’air intérieur dans les maisons. Pour ce faire, nous pouvons nous référer à ce diagramme sommaire publié par l’ADEME :

Canapés, meubles, produits de nettoyage, plastique… De nombreux produits utilisés quotidiennement contribuent à la libération de composés organiques volatils et d’autres polluants. Pour éviter cela, autant que possible choisir des meubles faitsavec des matériaux naturels, sans peintures et colles synthétiques riches en produits chimiques volatils. Pour vos produits de nettoyage, c’est la même chose – vous pouvez prioriser des produits plus naturels comme les savons noirs, plutôt que des produits de nettoyage complexes qui contiennent souvent de nombreux composés polluants.

4 — Gardez vos appareils pour limiter la pollution

N’ oubliez pas également de bien garder vos appareils, car ils peuvent contribuer à polluer l’air intérieur de vos maisons. Fours, ventilation, chauffage, chaudières : tous peuvent émettre des gaz polluants ou des particules fines s’ils sont mal entretenus. Les systèmes de ventilation doivent être nettoyés régulièrement, la chaudière ou le système de climatisation doivent être vérifiés chaque année, les appareils de cuisson ou les appareils à gaz doivent également être nettoyés.

Seule une maintenance régulière peut garantir que ces appareils fonctionnent correctement et contribuent àaussi peu que possible à la pollution des logements.

5- Soyez vigilant avec certaines activités polluantes

Enfin, le bon sens permet de limiter le risque de pollution, en particulier lorsque certaines activités dangereuses sont menées. La cuisine, par exemple, est une époque où nous polluons énormément l’air intérieur de nos maisons. Cuisson au four, poêle ou grillades, par exemple, émettent des fumées de cuisson, des poudres liées à la combustion des gaz, ocibe, des éclaboussures de graisse… la même chose pour le bricolage, surtout lors de l’utilisation de peintures ou lors du sciage, de la pierre ponce ou des trous certaines surfaces.

Dans de tels cas, pensez à bien aérer ou même à faire certaines activités de plein air, comme celles impliquant des produits riches en composés organiques volatils et divers polluants.

Pour plus d’informations, suivez les conseils de l’ADEME : un air intérieur plus sain dans vos maisons.

Crédit image : AirWindowOnShutterStock